A LA UNE
Vous êtes ici : Accueil / BAYTI ACTUALITES / Le sas rue : une transition de la rue vers une réinsertion socioprofessionnelle

Le sas rue : une transition de la rue vers une réinsertion socioprofessionnelle

Pionnière dans le domaine de la protection et la prise en charge des enfants en situation de rue, l’Association BAYTI continue son combat auprès de ces enfants à travers le renforcement des alternatives d’accompagnement et d’insertion socioprofessionnelle.

Des éducateurs de rue avec une expérience de plus de 15 ans du travail direct avec les enfants vivant ou alternant dans la rue, assurent la proximité et la qualité des services de l’Association. Le contact, l’abordage, l’entretien individuel, le soin médical d’urgence et l’orientation sont les premiers et les principaux services offerts aux enfants de la rue. Il s’agit de mettre en place les premières assises du projet « Sortie de la rue ». Ce projet qui commence à partir du premier contact avec l’enfant jusqu’à sa réinsertion, est un chemin de longue haleine qui demande un investissement humain et matériel important.

Le sas rue de Bayti à Ain chock à Casablanca est un centre d’accueil de jour qui offre quotidiennement un ensemble de services permettant aux enfants en situation de rue de pouvoir réussir leur projet « Sortie de la rue ». Il s’agit d’une transition d’une vie dans la rue vers une réinsertion familiale lorsque possible ou vers une prise en charge dans le foyer et le début du projet de vie personnalisé, jusqu’à la réinsertion socioprofessionnelle.

Au sas rue, les enfants  et les jeunes viennent chaque matin, accompagnés de leur éducateur de rue ou tous seuls pour se doucher, prendre le petit déjeuner,avoir un entretien individuel avec l’éducateur et commencer  l’une des activités offertes au centre. Après avoir eu leur déjeuner, les enfants et les jeunes font une sieste variant de trente minutes à une heure avant de passer à une autre activité en après-midi. Cette routine a pour objectif de travailler sur leur bien-être et estime de soi et de les aider à changer des notions telles que celle du temps et de l’espace.

Les jeunes,de 14 ans et plus, peuvent suivre une formation professionnelle sur la sécurité en vue d’être de futurs agents de sécurité. Ils se sentent valorisés par cette formation qui leur donne la chance de changer leurs attitudes négatives et agressives par des attitudes plus positives et tolérantes. « Dans cet atelier j’apprends comment faire la surveillance des personnes, des biens, et des lieux… J’apprends aussi la communication », a exprimé Hamza avec assurance et motivation. Hamza et d’autres jeunes vivant dans la rue aspirent à une vie meilleure. Les enfants de moins de 14 ans quant à eux, participent à des cours d’éducation non formelle et d’informatique.

A propos de Atika Doghmi

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Revenir en haut de la page