A LA UNE
Vous êtes ici : Accueil / BAYTI EN EVENTS / Atelier sur l’intérêt supérieur de l’enfant et la justice des mineurs

Atelier sur l’intérêt supérieur de l’enfant et la justice des mineurs

Dans un contexte d’engagement croissant de la société civile et des institutions étatiques dans le domaine de la protection de l’enfance, l’association Bayti a organisé le 5 décembre un atelier d’échange et de partage de connaissances, d’expériences et des pratiques prometteuses autour de ”La Justice des Mineurs et l’Intérêt Supérieur de l’Enfant” en partenariat avec l’Agence internationale espagnole de coopération et de développement (AECID), AIDA et le Ministère de la Jeunesse et des Sports, avec la participation des experts internationaux du Bureau International des Droits des Enfants basé au Canada (IBCR) et le Mouvement Défense des Enfants International basé à Genève (DCI).

L’atelier était riche en débat, d’une part sur le concept de l’Intérêt supérieur de l’enfant et la Justice des mineurs à la lumière des textes et directives des organes des Nations Unies, et d’autre part au sujet de l’interprétation de ce concept en termes de pratiques dans le processus judiciaire.

L’atelier a mis l’accent sur la question des enfants placés dans les Centres de Sauvegarde de l’Enfance, puisqu’il s’agit d’enfants particulièrement vulnérables privés de liberté et du milieu familial. Les intervenants ont souligné que les mineurs en conflit avec la loi doivent bénéficier d’une justice spécifique adaptée favorisant l’accessibilité aux différents systèmes liés à la justice et une prise en charge adaptée dans tout le processus judiciaire.

Les intervenants ont relevé également que la notion de l’intérêt supérieur de l’enfant, doit reposer sur des repères plus claire et précis afin de déterminer et de prendre en considération l’intérêt de l’enfant dans la prise de décisions la concernant. Ils ont recommandé également des alternatives aux placements institutionnels des enfants en conflit avec la loi en privilégiant le placement en famille d’accueil.

L’atelier a connu la participation de 50 personnes à la fois de la société civile, de la justice et de la presse écrite.

A propos de Atika Doghmi

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Revenir en haut de la page